Global Contact dans les Médias

Ils parlent de Global Contact

Lauréats Science Factor dans Phosphore

Interview des lauréats de Science Factor dans Phosphore 21/10/2013

130 000 projets de recrutements ont été identifiés pour cette année dans 35 métiers scientifiques et techniques selon la 4ème étude Repérages réalisée par Global Contact. Les métiers où les opportunités d’emploi progressent le plus sont liées à l’environnement et au numérique.

Le Parisien 2/07/2013

Les filières scientifiques et techniques ont une bonne image auprès des lycéens intéressés à plus de 60%, mais au moment du choix d’orientation moins de 20% envisagent une orientation vers ces métiers. « C’est un paradoxe révélateur d’un certain désenchantement et d’insuffisance dans l’orientation » relève Claudine Schmuck, auteure de l’étude.

AFP 1/07/2013

Les métiers scientifiques et techniques cherchent des candidats, pourtant les jeunes boudent ces filières. Environ 150 000 diplômés en science et technologie, qui ne représentent que 27% du total d’élèves diplômés selon la 4ème étude Repérages réalisée par Global Contact pour Orange.

1/07/2013

« Moins de jeunes s’orientent vers les métiers scientifiques et techniques alors même que c’est là que le taux d’emploi des diplômés est l’un des meilleurs et qu’il résiste le mieux à la crise  » relève Claudine Schmuck, auteure de l’étude.

Les métiers techniques cherchent candidats désespérément. Entre 2010 et 2013 les besoins d’embauche ont augmenté de 13% dans les filières scientifiques et techniques selon la 4ème étude Repérages. La pénurie de candidats se fait sentir.

Challenge 1/07/2013

La filière scientifique et technologique devrait recruter ces prochaines années, c’est ce que révèle la 4ème édition de l’étude Repérages réalisée par Global Contact pour Orange, qui liste les 10 métiers qui recrutent le plus en 2013.

35 métiers scientifiques et techniques défient la crise et sont riches en offre d’emploi. Pourtant les jeunes désertent les secteurs scientifiques et techniques créateurs d’emplois.

Cap Campus 27/06/2013

« Trente-cinq élèves du lycée du Grésivaudan ont découvert, mardi après-midi, l’Orange labs de Meylan à l’occasion de la journée Science Factor, qui a pour objectif d’inciter les jeunes à s’intéresser aux filières scientifiques et techniques. »

« Science Factor ce sont des rencontres avec des entreprises partout en France, dont l’objectif est de permettre à des lycéens sur les métiers scientifiques et techniques, et de réfléchir à leur orientation future », explique Sylvie Guillemot directrice de la communication d’Orange Labs.

« Le numérique est leader de la création de l’emploi des femmes de 2008 à 2011 (…)  C’est une tendance qui pourrait se maintenir dans les prochaines années, notamment grâce à l’engagement accru des entreprises en faveur de la parité »

« Entre 2008 et 2011, la croissance de l’emploi des femmes dans le numérique (+20%) a été plus forte que celles des hommes (+14%). Source Etude Mutationnelles 2012 »

« Orange a fait réaliser l’étude Mutationnelles par Global Contact pour la quatrième année consécutive dans le cadre de son engagement pour encourager les jeunes femmes à s’orienter vers les filières scientifiques et techniques »

« Selon l’étude Mutationnelles 2012, les jeunes femmes s’orientent vers des filières qui ne sont pas les plus créatrices d’emploi »

Aujourd’hui en France 8/10/2012

« Science Factor est un concours créé en 2011 par Global Contact, spécialiste d’études sur l’emploi et la formation des femmes et des jeunes dans les filières scientifiques. »

Le Parisien 8/10/2012

« Pour sa deuxième édition, le concours Science Factor invite les lycéens à proposer sur Facebook des innovations qu’ils souhaiteraient réaliser une fois diplômés d’une filière scientifique »

Le Monde Science & Techno 6/10/2012

« Le concours Science Factor a pour objectif d’enrayer la désaffection des jeunes pour la science, et d’intéresser les filles aux filières scientifiques et techniques »

« L’insertion professionnelle des jeunes femmes diplômées des grandes écoles reste moins favorable que celle des jeunes hommes. Raison majeure : les secteurs d’activité choisis par les jeunes filles sont d’une manière générale assez peu rémunérateurs »

« Le numérique est le secteur où l’employabilité des femmes est la meilleure, avec moins de 5% d’entre elles en recherche d’emploi. Mieux, dans les télécommunications, celles qui sont sans travail ne seraient plus que 2%. MutationnellesTM2011 »

« C’est dans le secteur du numérique que les écarts salariaux entre femmes et hommes sont les plus réduits. Ce secteur, qui rassemble fabrication de matériel électronique et informatique, SSII, télécommunications est aussi le premier employeur des femmes ingénieurs »

« Les jeunes femmes ingénieures ne s’orientent pas toutes en priorité vers les spécialités qui leur garantissent la meilleure insertion professionnelle et le meilleur salaire. MutationnellesTM2011 »

« L’étude MutationnellesTM2011, réalisée par Global Contact pour Orange, révèle que le numérique est le premier secteur d’emploi des femmes ingénieures »

« L’écart salarial entre les garçons et les filles atteint 60% dans l’agro-alimentaire et 50% dans l’industrie pharmaceutique quand il n’est « que » de 18%, tous secteurs confondus. Les femmes ingénieures qui travaillent dans ces secteurs gagnent en moyenne moitié moins que leurs collègues masculins, à compétences et responsabilités égales »

« La France compte moins de 17% de femmes parmi ses ingénieurs et leur nombre a baissé en valeur absolue en 2009, pour la première fois depuis 20 ans. Le déficit s’observe également dans le domaine pourtant très favorable des TIC »

« L’étude MutationnellesTM2010, réalisée par Global Contact pour Orange, révèle un déficit de candidatures féminines dans le secteur des technologies de l’information »

« Les technologies de l’information manquent cruellement de femmes : elles sont de moins en moins nombreuses à choisir cette filière – moins 11% en deux ans »

« Ingénieurs, où sont les femmes ? 17 % des ingénieurs sont des femmes. On comptait 118.740 ingénieures en 2008 et 117.400 en 2009, une baisse qui touche tous les âges »

« La féminisation des métiers d’ingénieur recule pour la première fois depuis vingt ans, selon l’étude MutationnellesTM2010 : elles représentent 16,72 % de l’ensemble des ingénieurs en 2009, contre 17,7 % en 2007 »

« Le déficit de candidates dans les technologies est dû à une certaine désaffection des plus jeunes pour les métiers scientifiques et techniques ; le poids des préjugés, qui expliqueraient que bien que les filles représentent 39% des élèves en terminales scientifiques, mais seulement 20% dans l’enseignement supérieur »

« Lentement mais sûrement, les voies d’accès au diplôme d’ingénieur ne sont plus obligatoirement celles présentées comme les « voies royales » : les classes préparatoires »

« L’étude RepéragesTM2010, réalisée par Global Contact pour Orange, révèle le désintérêt des jeunes pour les formations en STIC : un paradoxe car si moins de jeunes s’orientent vers ce secteur il reste créateur d’emplois »

Revenir au début